Critiques
image
En plein coeur

Stéphane Géhami
Par Marcel Jean , 2008-09-04

VIVRE VITE

    Le premier long métrage de Stéphane Géhami, En plein cœoeur, rappelle d'une certaine façon Ruth, de François Delisle. Je m'explique : si les deux films n'ont aucune parenté sur le plan du propos ni des intentions, ils partagent toutefois une énergie, une vibration, un désir de cinéma qui parvient à s'imposer malgré les maladresses, malgré un scénario mince, malgré d'évidentes faiblesses sur le plan dramatique. Dans les deux cas, il s'agit d'un cinéma centré sur les personnages, un cinéma qui parvient à saisir quelque chose de la vie à travers le portrait d'individus écorchés évoluant dans l'urgence. C'est déjà ça de gagné, pourrait-on dire, tant cette vérité sociale est souvent absente d'un cinéma québécois de plus en plus enclin à sombrer dans l'artificialité.

    Si le personnage de Benoit, voleur de voiture au comportement adolescent interprété par Pierre Rivard, s'inscrit dans la foulé des nombreux hommes immatures qui peuplent la cinématographie locale, celui de Jimmi, adolescent à la rescousse de sa mère dépressive et à la recherche d'un père de remplacement, est à l'origine des plus belles scènes du film : le fils conduisant délicatement sa mère à son lit; ou encore Jimmi assis seul à la table d'un bar, dévorant des yeux le corps d'une danseuse. Interprété par Keven Noël, ce grand garçon au tempérament naïf dégage une fragilité émouvante, celle des enfants blessés en quête d'amour. Entre Benoit et Jimmi se tissent des liens qu'aucune parole ne peut exprimer et qu'aucune rebuffade ne peut entamer. En plein cœur expose le long chemin que deux hommes doivent parcourir avant de véritablement prendre conscience de ce qu'ils représentent l'un pour l'autre.

    Pratiquement inconnu avant la semaine dernière, Stéphane Gehami livre donc un film sympathique parce que sincère, dans lequel il pose sur le quartier d'Hochelaga-Maisonneuve un regard juste et sensible, plus complet que celui qui dominait dans Le ring, d'Anaïs Barbeau-Lavalette.


 

suggestions

Chorus CRITIQUE
À deux vitesses ? EDITO
Le ring CRITIQUE

Votre Commentaire