Éditos

44eme, c’est parti

par Helen Faradji

Du 7 au 18 octobre, entre l’ouverture via un Tout nouveau Testament signé Van Dormael et la clôture en forme de The Forbidden Room co-réalisée par Guy Maddin et Evan Johnson, et sous les plumes alertes d’André Roy, Céline Gobert, François Jardon-Gomez et Gilles Marsolais, revue24images.com se mettra au diapason de l’événement et vous tiendra bien évidemment informé de tout ce qui grouillera et palpitera au Festival du Nouveau Cinéma, version 44e. De Hou Hsiao hsien à Jia Zhang-ke, de Pablo Larrain à Miguel Gomes, de Sokurov à Grandrieux, de Noé à Desplechin ou de Garrel père et fils à Panahi, le menu sera soigneusement  disséqué pour mieux aider à se retrouver dans ce menu aux traditionnelles allures de best-of automnal du cinéma d’auteur international.

Mais hors du chemin tout tracé des projections de ces films attendus, que se mettre sous la dent ? C’est d’abord du côté de l’imposante liste de rétrospectives et hommages que l’on pourra s’amuser un peu, notamment avec celle consacrée au photographe et cinéaste Robert Frank (Pull My Daisy, Candy Mountain, ou Mabou, film inachevé conçu en collaboration avec Gilles Groulx dont la Cinémathèque, co-présentatrice du cycle, dévoilera des extraits inédits), figure à part entière de la Beat Generation et dont l’œuvre sauvage, expérimentale, personnelle et vivante, hantée par les fantômes de Kerouac, Joe Strummer, Tom Waits ou les Stones, sera présentée par sa monteuse et complice, Laura Israel. Même sentiment de « si je ne m’y arrête pas en octobre, la caravane me passera sous le nez » avec la rétro inattendue et bienvenue consacrée à l’atypique et autodidacte cinéaste franco-algérien Rabah Ameur-Zaïmeche (Wesh Wesh, qu’est-ce qui se passe ?, Bled Number One, Histoire de Judas…), auteur d’une œuvre aussi intime qu’elle est politique, aussi poétique qu’elle est violente, aussi libre qu’elle est picturale et qui, en plus de ses films, présentera une classe de maître (16 octobre, 17h) que l’on espère déjà tout aussi singulière.

Devenues en quelques années les jolies marques de fabrique du FNC (une belle idée qui se décline d’ailleurs aussi tout au long de l’année), les projections commentées seront bien évidemment de retour avec un crachoir confié à Jean-Marc Vallée (le titre présenté est encore un mystère, mais il le sera le 9 octobre à 19h) et à Theodore Ushev (qui présentera un film à préciser de Michelangelo Antonioni le 15 octobre à 17h), tout comme les cartes blanches, cette année offertes à Carole Laure, Kaveh Nabatien, Élise Simard, Matthew Rankin, Ioanis Nuguet, Mati Diop et Manon Lutanie, Jimmy Larouche et Maxime Giroux  et que l’on pourra découvrir en salles et sur le site du festival.

Rayon nouveauté, qui arrive peut-être un rien tardivement tant le fameux âge d’or semble un rien derrière nous maintenant, on se penchera néanmoins avec curiosité sur cet ajout aux nombreuses sections du festival : le FNC séries. Conçu comme une carte blanche donnée au festival Séries Mania de Paris, le programme réunira quelques épisodes de nouveautés télé mondiales attendues, dont l’intrigante et norvégienne Occupied, thriller socio-politique d’anticipation chapeauté par le maître du polar Jo Nesbø et Trépalium qui plonge elle aussi dans un futur pas si lointain pour mieux mettre en scène, sous la houlette de l’incisif Vincent Lannoo (Au nom du fils), l’intenable division du monde entre travailleurs et sans emploi. À suivre assurément, pour se mettre l’eau à la bouche.

Enfin, dernier petit bonbon à se laisser fondre sous la langue : l’organisation cette année d’un Quizz cinéma (le 11 octobre à 20h), ouvert à tous (des équipes de 4 joueurs maximum pourront s’y affronter), et formidable et ludique occasion de tout simplement faire vivre le cinéma hors des sentiers battus ce qui, avouons-le, est bel et bien ce que l’on attend d’un festival de cinéma digne de ce nom.

Bon festival

 

Tous les détails au https://www.nouveaucinema.ca/fr/

 


1 octobre 2015