Critiques

La France

Serge Bozon

par Helen Faradji

Quel drôle de film que La France, troisième long de l’acteur-réalisateur Serge Bozon, lauréat du prix Jean Vigo 2007. Drôle parce qu’on ne sait trop que faire de ces soldats en goguette (menés par le toujours solide Pascal Greggory) arpentant les routes de France en pleine guerre de 14-18 en rêvant de clafoutis aux cerises et en chantant de belles chansons swinguées. Rarement aura-t-on vu l’humanité des soldats ainsi filmée, doit-on admettre. Drôle aussi parce qu’on ne sait non plus comment qualifier cette jeune Camille (frondeuse Sylvie Testud) partie à la recherche de son amoureux après une lettre déstabilisante et qui, croisant ces gaillards, se fait passer pour un jeune cadet. Et drôle enfin parce que ce film n’est rien d’autre qu’une grande claque envoyée à nos habitudes. Un film de guerre, La France? Oui, mais sans fureur, sans guerriers et mis en scène avec une douceur quasi-champêtre. Un film de quête alors? Oui, mais sans brusquerie, se perdant aux détours des tons dégradés de la forêt. Un film de quoi, alors? Un film tout court, personnel et original, qui a en plus la singulière élégance de ne se laisser enfermer dans aucune case. Voilà qui offre amplement de quoi fasciner.


17 octobre 2007